Noël 2015



Bien chères Toutes,
Bien chers Tous,

Un bien idoine proverbe chinois affirme : « Mieux vaut allumer une bougie que de se plaindre de la pénombre ! ». En clair, tout ce que je peux apporter de positif à l’autre, à mon entourage, en de difficiles moments, vaut mieux que me geindre sur mon propre sort. Si l’idéologie et l’action de la Convention des Congolais de l’Etranger, CCE en sigle, n’incarnent pas clairement cet adage, que le message de Noël nous serve de référence pour expliciter mieux encore le sens de notre mobilisation : approcher et fédérer par plaisir d’être ensemble, certes, mais aussi dans la perspective de soulager lorsqu’il y a des souffrances, de réorganiser notre communauté diasporique face aux défis de notre intégration dans nos pays respectifs d’accueil ainsi que pour devenir assez forts afin d’apporter un tant soit peu notre contribution à la reconstruction de notre chère mère-patrie : Congo-Kinshasa. S’il doit y avoir la paix, la fraternité, l’espérance et la prospérité dans ce pays, commençons alors par donner l’exemple. Ainsi, la CCE est fière de faire le premier pas dans ce sens. Car, autour de nous, foisonnent bien de choses insupportables, intolérables, que seule la force de l’union est à même de combattre avec plus d’efficacité.

2015 a été marquée par un événement d’importance majeure : la première bougie de la CCE. Nous l’avons célébrée de manière fonctionnelle par un somptueux moment de rapprochement, de rassemblement, de réflexion et de méditation qui fait à jamais date dans les annales de toute notre diaspora. En effet, à la bonne et galvanisante surprise de ses initiateurs, le Colloque de Bruxelles a connu une exaltante affluence et accru de manière fulgurante le nombre d’adhésions à la CCE. Venant de plusieurs pays d’Europe et de l'Amérique du Nord, la plupart, de ceux, qui ont rehaussé de leur présence ces assises, ont également décidé volontairement de devenir membres actifs de la jeune structure faîtière de la diaspora congolaise. Un succès que l’on peut attribuer au fait que notre mouvement se situe dans l’air du temps, certes, mais aussi et surtout à l’attrait des activités que nous organisons, à notre détermination à réussir ce que nous initions, à la solidité de notre présence sur le terrain ainsi qu’à la qualité de ce que nous produisons.

D’où mon hommage particulier à Maman Juliette Binyungu dont la disponibilité, l’exceptionnelle vitalité d’esprit, la grande capacité de concentration, la main experte et le style flamboyant ont su donner âme et relief admirables à nos réalisations. Bravo, chère Juliette !

Pour renforcer cette présence de terrain et faire face à l’engouement prometteur et excitant que suscite dorénavant la CCE, une restructuration conséquente de notre confrérie, désormais ambitieuse de fédérer le maximum possible de Congolais, s'impose afin de faire face à l’afflux des adhésions ainsi qu'aux défis d'auto-organisation de notre communauté en vue de la voir s’impliquer mieux et plus efficacement dans la vie sociale et politique, tant dans nos pays d’accueil, que dans notre plus que chère mère-patrie : le grand Congo qui habita les rêves de Lumumba. En nous appuyant sur la souplesse, l'implantation à la base et la représentativité comme principes de référence, je souhaite que dès le premier trimestre de cette année cruciale 2016 soient installés, dans chaque grand pays de la diaspora congolaise, des comités locaux pour faciliter et accélérer les activités de la CCE. Chaque comité local comprendrait alors :

- un coordinateur chargé de tâches managériales et de représenter la section auprès de la coordination fédérale ;

- un coordinateur adjoint qui assiste le titulaire et le remplace ;

- un commissaire sectionnaire chargé de relations avec les associations et corporations socio-professionnelles des Congolais dans le pays de résidence ;

- un commissaire sectionnaire chargé de relations avec les institutions politiques et sociales du pays de résidence (Administration, partis politiques, syndicats, presse etc....)

- un commissaire sectionnaire chargé de recrutement et communication : relaie les infos, identifie les membres potentiels et les pousse adhérer, assure la liaison entre les antennes CCE dans le pays ;

- un commissaire sectionnaire chargé des affaires juridiques et sociales : informe sur les cas de deuils et autres, suscite la solidarité en cas de besoin, récolte les cotisations de circonstance, assiste les membres dans des démarches administratives etc…

- un trésorier chargé de mobiliser et de récolter des fonds indispensables au fonctionnement de la structure et au financement de ses activités.

En attendant une Assemblée générale pour réaménager la coordination au niveau fédéral, l’initiation du processus de l’implantation régionale de la CCE constitue une gageure personnelle que je compte relever, pour donner l’exemple, en m’impliquant directement dans l’installation des comités locaux respectivement en France dès février, en Belgique dès mars ainsi qu’en Allemagne dès avril 2016. Ainsi, d’autres prendront le relai et nous irons de l’avant de manière résolue et constante ; telle que nous nous y sommes employés jusqu’à ce jour, fiers de ce que nous avons accompli au cours des douze derniers mois et enthousiasmés par tout ce que nous entreprendrons encore durant les mois et les années à venir.

C’est donc d’un cœur léger, ravi, rayonnant d’enthousiasme et avide de nouveaux succès que je tiens à vous souhaiter de joyeuses fêtes de fin d’année et à vous présenter, à vous toutes et tous ainsi qu’à vos chères familles respectives, mes vœux les meilleurs pour 2016.

Pour la convention des Congolais de l'Etranger, CCE en sigle,

Séverine TSHIMINI MBUYI
Présidente