07.12.2015

Désormais décomplexée, la diaspora n’entend plus se contenter de servir de marchepied aux politiciens véreux, déjà incapables d’accepter la démocratie et l’alternance dans leurs formations politiques

Les défis de 2016 ?

Congo : les défis de l'année 2016 !
Quels enjeux ? Quelles perspectives ? Comment infléchir le cours des événements ?

 

 

 

 

Prises conjointement, les péripéties, par lesquelles le Burkina Faso et le Burundi viennent de s’illustrer, suscitent des questions qui ne sont pas sans échos dans la tumescence en cours au Congo. Quels facteurs contribuent au succès d’un coup d’Etat ? Comment un coup d’Etat peut-il durer et se muer en dictature ? Quel est, dans le processus caractérisant cette transmutation, le poids respectif des facteurs endogènes et des stratégies d’extraversion ? Y a-t-il une logique du coup d’Etat aboutissant inéluctablement à la conservation du pouvoir et à la dictature ? Si Mobutu était encore vivant et au pouvoir, c’est avec faste que le pays, probablement tout entier, allait célébrer, le 24 novembre 2015, les 50 ans du coup d’Etat qui porta le Colonel à la tête du Congo. Faut-il voir dans ce fictif ralliement, fût-il partiel, l’aboutissement d’une tradition politico-culturelle instituée en la « politique de la mangeoire » ? Tout comme Lumumba  avant lui et Laurent-Désiré Kabila après lui, Mobutu lui-même a fini par être aussi victime de la stratégie néocoloniale de la « mangeoire ».

 

En effet, contrairement à ce qui paraît à première vue, la « mangeoire » est une stratégie politique d’extraversion. En tant que l’une des matrices du néocolonialisme, elle consiste à éliminer des patriotes et des nationalistes pour mettre au pouvoir des personnes intellectuellement limitées et obsédées par l’accumulation domestique du pouvoir et des avantages matériels. Ensuite, des moyens militaires, politiques et financiers conséquents sont mis à leur disposition pour qu’elles triomphent des rivaux et consolident une position locale d’incontournabilité. La naïveté consiste à compter plus que de raison sur les commanditaires de cette supercherie pour sa liquidation. Est-ce à conclure que le néocolonialisme est pérenne et irréversible au Congo ? Le colloque de Bruxelles s’est fixé pour ambition de répondre à cette question. Comment mettre fin à la « mangeoire » ?

 

Dans la perspective de comprendre et combattre le système de « mangeoire », analyses et réflexions sont à articuler dans un double sens : d’un côté,  identifier piliers et stratégies indigènes de conquête de pouvoir et, de l’autre, repérer facteurs et stratégies endogènes de résistance ou de réappropriation du destin national. De la première à la troisième République congolaises, les coups d’Etat et les dictatures se sont appuyés sur des stratégies politiques d’extraversion, certes, mais ils ont aussi su tirer profit des tares et des faiblesses caractérisant la société congolaise postcoloniale : l’égoïsme outré des « évolués » débouchant sur des trahisons, la « collaboration » et la mise en dépendance du pays. Le délire dans la radicalisation contestataire des certaines élites et leur corrélat : les divisions et le suivisme béat des masses populaires. Face à la finesse et à la complexité néocolonialistes, une communauté infiniment désunie et fragmentée, ne s’expose-t-elle pas aux coups d’Etat faciles, aux diktats des étrangers et à l’impuissance face au raidissement dictatorial des régimes en place ?

 

En écartant Lumumba le 14 septembre 1960 et en neutralisant Kasavubu, Kimba et Tshiombe le 24 novembre 1965, Mobutu jouit d’élans de compréhension et de soutien un peu partout dans le pays. Il ne se gênait alors pas de s’attribuer le mérite d’avoir su mettre un terme à la confusion tragique et à la fragmentation du pays par des politiciens qu’il qualifiait d’égarés et irresponsables. Au vu du tohu-bohu ethnico-politique, qui précéda ses coups d’Etat graduels des années 60, difficile de lui donner tort sur cette évaluation ? Mais son ultime forfait, en démettant dans le mépris de la volonté populaire le gouvernement et le Haut Conseil de la République issus de la Conférence Nationale Souveraine, ne réussit qu’à cause des divisions de ses adversaires. Faute d’alternative interne fiable, ses commanditaires se tournèrent vers l’extérieur pour le suppléer. Sommes-nous dans la même configuration aujourd’hui ? Au-delà des questions complexes sur les moyens réalistes de s’attaquer à la « mangeoire », quels scenarii possibles pour garantir l’alternance démocratique, surtout s’il n’y a pas de présidentielle en 2016 ou si Kabila ne se représente pas ? Sans Mobutu, la mangeoire ne s’est-elle pas reconstituée sous d’autres formes ? Divisés et s’entredévorant pour des broutilles, les Congolais semblent toujours bien inconscients de leur inefficacité. La perspective de perpétuer la « mangeoire » au Congo rappelle qu’au guignol, les marionnettes tirent parfois elles-mêmes les fils.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Samedi 12 décembre 2015

 

08h30 - 09h00             Accueil des participants

 

09h00 - 10h50             PREMIÈRE SÉANCE

- Mme Marie-Louise Efekele Otoka / Modératrice

- Mme Juliette Binyungu / Rapporteure

 

09h00 - 09h05             Présentation du programme de la journée
M. Pat Patoma Gboya, journaliste (Radio Air Libre – Bruxelles), Maître de cérémonies

 

09h05 - 09h10             Mot de bienvenue

M. Bertin Mampaka Mankamba, Sénateur, l’un des premiers noirs au Parlement belge où il siège depuis le 14 mars 2014

 

09h10 - 09h20             Discours d’ouverture du Colloque

Mme Séverine Tshimini Mbuyi, Présidente de la Convention des Congolais de l’Etranger (CCE)

 

09h20 - 10h00              Quels facteurs endogènes favorisent coups d’Etat et dictatures au détriment de la démocratie au Congo ?

 

Mme Suzanne Monkasai, Présidente de la Plate-Forme des Femmes de la Diaspora Congolaise de Belgique

Prof. Léon Michel Ilunga Kongoloii, écrivain et professeur à l'Université de Lubumbashi (UNILU), RD-Congo

Prof. Philémon Mukendi Nkonkoiii, politologue et écrivain, ancien Ministre de la Culture, RD-Congo

 

10h00 - 10h45             Débat

 

10h45 - 11h00             Pause-café

 

11h00 - 12h30             DEUXIÈME SÉANCE

- Mme Philomène Muamba / Modératrice

- Mme Emma Kumbela Bibikulu/ Rapporteure

 

11h00 - 11h40             Par quels comportements et stratégies politiques les Congolais ont-ils eux-mêmes favorisé les coups d'Etat et dictatures de la 2ème et 3ème Républiques au Congo ?

 

Abbé Jean-Pierre Badidikeiv, Vice-doyen responsable de l'UP Notre-Dame de Fatima, membre du Groupe épiphanie

Prof. Mubabinge Bilolov, philosophe, Directeur à l'Institut Africain d'Études Prospectives (INADEP-Europe)

Dr. Jean-Jacques MbunganiMbanda, Secrétaire national du MLC chargé des Relations extérieures

 

11h40 - 12h30             Débat

 

12h30 - 14h00             Pause-déjeuner (dîner offert par la CCE)

 

14h00 - 15h30             TROISÈME SÉANCE

- Mme Arsène Bondjuka / Modératrice

- Mme Jeannine Moninga / Rapporteure

 

14h00 - 14h40             Sur quelles bases bâtir et prendre un autre départ pour 2016 et au-delà ? Quels scenarii probables face aux échéances électorales de 2016 ? 

 

Mme Louise Nganduvi, Présidente d'honneur de l'Union des Femmes Africaines, « Femme de Paix 2012 »

Abbé  Jean-Pierre  Mbelu Babanya Kabudivii, Curé de Ste Thérèse de l'Enfant-Jésus, Nivelles, membredu Groupe épiphanie

Prof. John N. Malalaviii, University of Central Florida, Président du Parti des Travailleurs (PDT), co-fondateur de l'ANACOZA

 

14h40 - 15h40             Débat

 

15h40 - 16h00             Pause-café

16h00 - 16h40             Face aux enjeux et élections de 2016, quelle implication de la diaspora ?

M. Kerwin Mayizo, animateur

DresseJeannette Ngalula Kashale, rapporteure

 

Prof. Patrick Mboyoix, Journaliste chroniqueur et chargé des travaux dirigés à l’Université Paris Sarclay (France)

M. Didier Nkingux,Administrateur de l’Aprodec Asbl, Association pour la promotion de la Démocratie et de Développement de la RDC

M. Cheik Fitaxi, Administrateur de « AMSC-RD Congo », antenne Monde de la société civile de la RD Congo

 

16h40 - 17h30             Débat

 

17h30 - 19h00             Table ronde

Panélistes : - DresseAurore Kinduelo Lutumba, Médecin généraliste à Combs-la-Ville (France) 

- Mme Anastasie Mutoka, journaliste indépendante et Représentante des journalistes de la presse féminine de la RDC

- Mme Gisèle Mandaila Malamba, femme politique belge d’origine congolaise, ancienne Ministre fédérale aux familles

- M. Lucien Bazaiba Angangi, Représentant MLC-Allemagne

- M. Prince Djungu Tambwe, communicologue, membre du « Collectif de jeunes congolais de Belgique ».

- Prof. J.-P. Tshibangu Katshidikaya, Université de Mons, Vice-président de Belgian Society of Rock Mechanics and Eng. Geology

- M. Jean-François Bofwa, Lobbyiste, consultant au Parlement Européen, Spécial ONU Branch-ECOSOC

- Pasteur  Simon-Pierre-Richard  Tshitungu Kapinga Mupompa, Représentant de la CCE en Allemagne

 

19h00 - 20h00             Pause et programme libre

 

21h00 - 23h30            Souper et soirée dansante agrémentés de sketches

En one woman show : « Veuve du félin », « Maman intégrée », « Les Gates » …

Mme Dada Stella Kitoga Bitondo, actrice et metteuse en scène, femme de paix 2011

 

Dimanche 13 décembre 2015

 

09h00 -09h45             Accueil

 

09h45 - 10h00             Présentation du programme de la journée et de l’Emission

M. Pat Patoma Gboya, Journaliste (Radio Air Libre – Bruxelles), Maître de cérémonies

 

10h00 - 13h30             Emission : Heure de vérité avec les présidentiables congolais de 2016
M. Kerwin Mayizo / Animateur

Mme Juliette  Binyungu / Rapporteure

 

Invités : - Mme   Ève Bazaiba Masudi, Secrétaire générale du Mouvement de libération du Congo (MLC)

- Pasteur Armand Mavinga Tsafunenga, Vice-président de la Coalition des Congolais pour la Transition (CCT)

- M. Georges Alula Makita, leader politique de la diaspora congolais, Président de l'Unité Nationale et Intégrité du Congo (UNIC)

- Prof. John N. Malala, University of Central Florida, Président du Parti des Travailleurs (PDT)

 

10h05 - 11h00             Questions aux présidentiables sur la politique intérieure du Congo

M. Fabien Ambingson Kusuanika, journaliste indépendant, rédacteur, animateur et responsable de la webtv Télé Tshangu

M. Ramsès Ramazani Mwarabu, journaliste animateur de Matonge News, Directeur et fondateur de Matonge TV

 

10h40 - 11h00             Questions du public

 

11h00 - 12h00             Sur les Perspectives et prospectives de l’économie congolaise

M. Albert Cirimwami Malekera, Président du Conseil d’administration de l’asbl SimaKivu, Bruxelles

Prof. Jeff Lusamba Kashama, Représentant de la CCE en France

 

11h40 - 12h00             Questions du public

 

12h00 - 13h00             Sur les perspectives et prospectives de la politique étrangère congolaise

M. Carly Kanyinda, journaliste, ancien du Potentiel

M. Hervé Kiana Nsiabar,Président honoraire du cercle des étudiants africains de l'Université de Liège

 

12h40 - 13h00            Questions du public

 

13h00 - 14h00             Pause-déjeuner (dîner offert par la CCE)

 

14h00 - 14h10            Projet d’une Banque des Congolais de l’étranger (COFIPRO), initiative de Londres

MM. Richard Ntaka  et Jean-Marie Witele, membres de l’Association des Congolais du Royaume-Uni

 

14h10 - 14h30            Adoption de la Déclaration de Bruxelles

M. François Kamba, Responsable de la Commission scientifique de la CCE

 

14h30 - 14h50            Adoption du Rapport de synthèse

Mme Maddy Tiembe, femme politique belge d’origine congolaise, Conseillère communale, Watermael Boitsfort

 

14h50 - 15h00            Annonces

M. Ferdinand Ilunga, 1er Vice-président de la Convention des Congolais de l’Etranger (CCE)

 

15h00 - 15h10             Mot de circonstances

M. Bertin Mampaka Mankamba, Sénateur, l’un des premiers noirs au Parlement belge où il siège depuis le 14 mars 2014

 

15h10 - 15h30             Discours de clôture des travaux et remerciements

Mme Séverine Tshimini Mbuyi, Présidente de la Convention des Congolais de l’Etranger (CCE)

 

 

Le discernement à la lumière du débat contradictoire !

 

« Seul un peuple conscient de son histoire peut changer son sort ! »

M. Ferdinand Ilunga Nkonko

 

Organisationxii

 

- Mme Séverine Tshimini Mbuyi ; -  M. Pat Patoma Gboya ;

 

- M. Albert Malekera Cirimwami ; - Mme Juliette Binyungu .

 

 

Contacts officiels :

 

- Mme Séverine Tshimini Mbuyi, + 41 78 879 95 31 severinembuyi@bluewin.ch (Genève-Suisse)

 

- M. Pat Patoma Gboya, + 32 473 32 83 54 gpatoma@gmail.com (Bruxelles - Belgique)

- M. Albert Malekera Cirimwami, + 32 486 846 530 Albert.Malekera@guycarp.com(Bruxelles - Belgique)

 

 

E-mail officiel de contact : Info@conventiondescongolaisdesuisse.ch

 

Nos sites web : http://www.convention-congolais-etranger.ch/ http://www.conventiondescongolaisdesuisse.ch/415213760

 

 

Lieu                                                   Passage 44xiii

Boulevard du jardin Botanique 44 B - 1000 Bruxelles (à 200 mètres du Sheraton)

 

 

 Pour votre logement au tarif spécial CCE, adressez-vous à integralMEDiA  Team : +32 479 66 66 60

 

i Titre exact de la communication de Mme Monkasa, « Quels facteurs endogènes sont à même de favoriser coups d’Etats et dictatures au Congo au détriment de la démocratie ? … Analyse des solutions à même de promouvoir les intérêts supérieurs d’une nation moderne qui veut prospérer dans le concert des nations ».

 

ii Titre précis de l’exposé du Professeur Ilunga : « Problématique et enjeux de la communication politique au Congo ».

 

iii Intitulé exact de la communication du Professeur Mukendi : « Conscience nationale et citoyenneté en RDC».

 

iv Titre précis de l’exposé de l’Abbé Badidike: « De la société civile : entre peuple et pouvoir… ».

 

v Titre précis de l’exposé du Professeur Bilolo : « Le présidentialisme constitutionnel et la dictature ».

 

vi Intitulé exact de la communication de Mme Ngandu, « Responsabilité des Congolais dans l'avènement d'un Etat de droit en République Démocratique du Congo ».

 

vii Titre précis de l’exposé de l’Abbé Mbelu : « De la formation des masses critiques.Essai sur l'irruption des citoyennes et des citoyennes en politique ».

 

viii Intitulé exact de la communication du Professeur Malala : « Les bases de fondation d'un nouveau départ pour la RDC en 2016 et au-delà ».

 

ix Titre précis de l’exposé du Professeur Mboyo : « Questions constitutionnelles ayant favorisé coups d’Etat et dictatures au Congo et implication des Congolais de l’étranger dans les enjeux électoraux de 2016 ».

 

x Intitulé exact de la communication de M. Nkingu : « Les élections en République Démocratique du Congo : comment éviter une nouvelle désillusion ? »

 

xi Intitulé exact de la communication de M. Fita : « Comment contrôler la CENI lors  des élections de novembre 2016 ? ».

 

xii L’entrée au colloque est libre et gratuite, repas compris. Mais son organisation s’appuie sur le patriotisme, l’altruisme et les sacrifices quasi suicidaires d’un nombre très réduit des compatriotes engagés. Un geste, d’au moins cinquante euros ( 50.-) par participant pour amortir les frais, serait un réel soulagement et considérablement apprécié !

 

Compte postal de la CCE : N° 14-160901-9                                                    IBAN : CH2009000000141609019

 



xiii Vidéo présentant
Passage 44
l’élégant, prestigieux et très bien équipé cadre d’accueil du Colloque de Bruxelles
https://www.youtube.com/watch?v=MlSZDPWZQkA

 

 

 

Avec le soutien de WWW.ORGANICA-CARE.COM 
soins bio et produits naturels