Pour des Etats généraux de la diaspora congo

Génocide des Congolais en cours depuis octobre 1996. Plus de 8 millions de morts !

2ème Appel à la Convention des Congolais de Suisse

• Attendu que la République démocratique du Congo, RDC en sigle, subit des agressions constantes depuis près de deux décennies de la part de ses voisins, notamment du Rwanda et de l’Ouganda avec menace de balkanisation de ce pays ;
 
• Considérant que le régime régnant actuellement sur la RDC, tout comme celui qui l’a précédé, ne semble inspiré et préoccupé que par une vision affairiste et opportuniste de la politique au détriment de la sécurité et du bien-être d’un peuple congolais abandonné à lui-même et à l’une des misères les plus abominables de l’histoire sans espoir de meilleurs lendemains ;

• Préoccupés par l’ampleur innommable des viols de masse infligés depuis des lustres à la population et utilisés comme arme de guerre frappant notamment des millions de femmes, de jeunes filles, voire de fillettes et contribuant fortement à la propagation du sida et d'autres MST ;

• Interpellés par l’instabilité politique chronique de la RDC depuis l’indépendance, par un profond déficit de légitimité et par l’incurie inqualifiable dont souffrent les animateurs actuels des institutions de l’Etat ainsi que par la corruption généralisée dans ce pays ;

• Emus par le génocide congolais, qui a déjà fait plus de 8 millions de morts, et scandalisés par le peu de cas qu’en font les médias et la communauté internationale ;

• Alarmés par la marginalisation de plusieurs Congolais de souche dans la gestion réelle de la chose publique, par la répression méthodique à l’encontre des patriotes affichant des relents nationalistes ainsi que par l’ostracisme systématique qui frappe paradoxalement la généreuse diaspora malgré son remarquable apport économique  à la prospérité du pays;

• Convaincus qu’unis et tissant des alliances conjoncturelles appropriées, les filles et fils du Congo résidant à l’étranger sont capables de constituer une vraie alternative à l’actuelle défaillante classe politique congolaise et de relever les défis de sortir la RDC de l’ornière où elle s’enfonce et s’enlise inexorablement ;

• Persuadés que l’apport de la diaspora à l’évolution du pays ne peut se limiter aux transferts financiers, ni à l’envoi d’engins divers ; mais qu’il doit s’étendre à son implication dans des actions de développement ainsi qu’à la diffusion de valeurs et d’idées  positives telles que la citoyenneté et la démocratie ;
 
• Tenant compte de l’éveil politique de la diaspora congolaise et de sa proximité avec les institutions internationales qui assurent une tutelle de fait sur la RDC ;
 
• Souscrivant au principe de l’« union fait la force » et recherchant la force de la cohésion nationale que toutes les forces vives de la Nation congolaise, inquiètes de la situation actuelle de la RDC, appellent de tous leurs vœux ;
 
• Décidés à faire l’inventaire de tout ce que la diaspora a pu faire jusqu’à présent et de tout ce qu’elle peut encore mieux faire pour participer un tant soit peu et de toutes ses forces à l’émergence d’une société congolaise nouvelle fondée sur l’égalité et la justice ainsi qu’au jaillissement d’un nouveau leadership politique en RDC ;
 
• Reconnaissant l’opportunité et le bien-fondé des différents appels à la cohésion de toutes les forces vives de la nation congolaise lancés à maintes reprises ou souhaités par la majorité des congolais terrifiés par l’actuelle conjoncture politique de la RDC ;
 
• Mus par un profond sentiment d’appartenance à une même communauté de destin et par un puissant élan patriotique, Nous, Congolais, Suisses, Français, Allemands, Belges, Italiens, Hollandais, Américains et autres d’origine congolaise, agissant à titre individuel ou au nom de nos associations respectives au sein d’une Assemblée Constituante mise en place ce jour, lançons un vibrant Appel à la tenue de la première Convention de tous les Congolais et sympathisants du Congo résidant Suisse.

La Convention des Congolais de Suisse n’est pas un congrès d’un parti politique, ni d’une quelconque autre association. Relevant d’une initiative citoyenne, patriotique et combattante, la Convention des Congolais de Suisse vise à ressouder la communauté congolaise de l’étranger et à réunir, sous forme de débat contradictoire en Etats généraux, toute la diaspora congolaise à travers le monde. Ainsi, cette Convention se veut-elle un vaste forum destiné à recenser toutes les structures congolaises agissantes au sein de la diaspora congolaise en vue de les reconnaître, de les mettre en évidence et de mettre en exergue aussi bien les ambitions que les actions respectives de chacune pour favoriser et soutenir de nouvelles synergies.

Etape transitoire vers les Etats généraux de toute la diaspora, la Convention des Congolais de Suisse devra se soucier d’amorcer, d’ores et déjà, un bilan sans complaisance de toutes les réalisations à mettre effectivement à l’actif des Congolais de l’étranger. Certes, cela passe par le recensement avec fierté de ces chers succès ici et là récoltés ; mais cela implique de dénombrer également d’éventuelles erreurs commises et, surtout, d’inventorier toutes ces potentialités qui s’offrent aujourd’hui à une diaspora organisée et que celle-ci peut mettre à profit avec l’ambition de nouvelles perspectives en visant d’autres résultats plus percutants.

Etape inaugurale de la grande marche vers les premiers Etats généraux de toute la diaspora, la Convention des Congolais de Suisse est conçue pour s’étendre sur deux jours et pour débattre sans tabou autour des thèmes brûlants de l’actualité congolaise dont, entre autres :
- Le respect de la Constitution et la légitimité des animateurs des institutions.
- La part de responsabilité du peuple et de l’Etat congolais dans la situation catastrophique du pays.
- Les attitudes et stratégies à adopter face aux ingérences extérieures.
- Le poids et impact économiques de la diaspora sur le fonctionnement de la RDC.
- Les leçons que la diaspora congolaise peut tirer des exemples des autres diasporas organisées autour de la construction et de l’évolution de leurs pays respectifs.
- Les voies et moyens d’assurer l’unité et la cohésion au sein de la diaspora congolaise.
- Les stratégies d’émergence d’un lobby capable de tisser des liens avec les partenaires du Congo et d’influencer l’évolution politique du Congo.
- La contribution de la diaspora congolaise à l’émergence d’un nouveau leadership politique au Congo.
- La légitimité et la représentativité de la diaspora à des assises sur le Congo.
- Le suivi des actes patriotiques posés et la solidarité en cas de conséquence.
- Les opportunités d’investissement  ou de partenariats utiles à la prospérité du pays.
- Les pistes en vue du renforcement du sentiment national et de la conscience patriotique par le triomphe d’une citoyenneté responsable et agissante face aux  ravages du tribalisme et aux velléités séparatistes toujours réelles.

Pourquoi des États généraux de la diaspora ? Pourquoi une Convention des Congolais de Suisse ? Pour que le peuple congolais se réapproprie son destin et que des millions de Congolaises, harcelés depuis des décennies par des guerres impérialistes, retrouvent enfin leurs foyers et une vie normale. En effet, depuis mai 1996, d’abord sous l’étiquette des Banyamulenge de la région d’Uvira, aujourd’hui sous celle du M23 et demain sous telle autre, en passant par celles de l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération (AFDL) de Laurent-Désiré Kabila, du Rassemblement Congolais pour la Démocratie (RCD) d’Azarias Ruberwa ou du Congrès National pour la Défense du Peuple (CNDP) de Laurent Nkunda, Paul Kagame et Yoweri Museveni n’ont cessé de trouver des subterfuges et de fallacieux prétextes en termes de « libération » politique, de reconnaissance de nationalité ou de quête de démocratie pour faire couler à flots le sang congolais autant des civils que des militaires, des femmes que des hommes, des jeunes que des adultes afin de s’approprier les richesses du Congo et d’annexer des morceaux de son territoire. Attirés par le pouvoir politique ou séduits par l’accès facile aux richesses matérielles, certains Congolais se sont laissés et se laissent allègrement recruter pour servir de sujets agissants de cette mise en branle et en dépendance de leur pays.

Par contre, porté essentiellement par de nouvelles générations, il existe aujourd’hui au sein de la diaspora congolaise un puissant élan de réveil patriotique que des Conventions bien organisées dans des pays d’immigration congolaise et leur corrélat, les États généraux de toute la diaspora congolaise à travers le monde, peuvent contribuer à consolider et à orienter vers une alternative à l’incurie et aux trahisons de la classe politique actuellement régnante sur la RDC. Car, pour des raisons d'honneur, de bon sens et par peur de la balkanisation du Congo, c’est dans la diaspora que beaucoup de Congolais n'acceptent plus ni la collaboration, ni la capitulation, ni la servitude que Kagame, Museveni et leurs commanditaires occidentaux imposent désormais ouvertement au peuple congolais. Consciente que la communauté internationale reste un machin hétéroclite et complexe, qui sème à tout vent, la diaspora congolaise, patriotiquement réveillée et mobilisée se propose de faire émerger, à l’échelle internationale, un nouveau leadership congolais. En tant que lobby transnational visible, audible et déterminé, celui-ci peut conclure des alliances stratégiques tant avec les multinationales opérant au Congo qu’avec les pays qui les couvrent en leur démontrant la pertinence d’un État congolais pacifié et stable pour leur garantir un accès aisé, harmonieux et durable aux richesses du pays et sauver corrélativement sa population d’incessants cycles de viols et de massacres anachroniques, générateurs d’une situation continûment explosive et économiquement douteuse.

En plus des spoliations économiques et de l’extrême délabrement du tissu social congolais, l’invasion et la colonisation rwando-ougandaises, à peine déguisées du Congo, ont entraîné un rabaissement général de la valeur accordée à la vie et le développement de formes extrêmes de violence. Par peur ou par opportunisme, la voie démocratique d’accession au pouvoir politique et les astuces endogènes d’accumulation de richesses ont été abandonnées au profit des stratégies d’extraversion, de « collaboration » avec l’ennemi ou d’alliance structurelle avec l’occupant. Certes, dans la situation actuelle d’occupation avérée du Congo, d’infiltration et de noyautage de toutes les institutions du pays jusqu’au sommet de l’Etat, le triomphe impérialiste de Kagame et de Museveni sur le peuple congolais est palpable et immense ; il peut donc démoraliser et paralyser. Mais le bon sens, le sens de l'honneur, l'amour de la patrie, la répulsion de la barbarie et l’horreur d’une servitude pérenne, qui se profile à l’horizon, commandent à tous les Congolais, encore épris d’un peu de fierté, de poursuivre le combat là où ils sont et comme ils le peuvent.

Voilà pourquoi la diaspora congolaise doit se ressaisir et se rassembler de manière volontariste autour d’une table et provoquer ce grand débat contradictoire à même de faire émerger plus de discernement pour mieux comprendre l’actuelle situation politique atroce que traverse le Congo, pour conjurer de viles luttes intestines, pour bannir des accusations gratuites, pour s’opposer à des anathèmes arbitraires et combattre des diabolisations non fondées qui n’ont de cesse que de diviser les Congolais, de briser la cohésion nationale et d’affaiblir notre noble te indispensable front de résistance patriotique. Si, à la lumière de ce qui précède, il est fondamental que les Congolais conscientisés et patriotiquement mobilisés se regroupent rapidement partout où cela se peut en front de résistance aussi grand et aussi passionnément résolu que possible, Nous déclarons la Convention des Congolais de Suisse, en tant que rampe de lancement de la grande marche vers les premiers Etats généraux de toute la diaspora, comme une urgence nationale et appelons de tous nos vœux son impérieuse et effective organisation.

Vive la Diaspora congolaise structurée, patriotiquement et passionnément mobilisée !

Que Dieu bénisse la République Démocratique du Congo !


Fait à Genève, le 9 novembre 2013

Pour le Comité organisateur de la Convention des Congolais de Suisse,
 Prénom Nom Fonction
M. Philippe Spider LIONDJO Coordinateur
M. Botoy Ituku ELANGI 1er Adjoint
Mme Marie-Thérèse TSHIKUDI KALALA 2ème 1er Adjointe
   
M. Jean-Paul Gauthier Mwela  KUELO Secrétaire
   
M. Fifi TSHIMINI Trésorière
   
M. Justin TSHISWA BANTOU Chargé / Mobilisation
M. Félix MBAYI-KALOMBO Jr. Chargé / Mobilisation
Mme Rita  NDUBISI Chargé / Mobilisation
   
M. Godefroid ELONGAMA Chargé / Communication
   
M. François  KAMBA Commission scientifique

Pour l’Assemblée Constituante en vue de la Convention des Congolais de Suisse,
 Prénom Nom Ville Pays
M.  Lwakale Mubengay  BAFWA Genève Suisse
M.  Pascal wa Mukumadi BILENGA Neuchâtel Suisse
M.  Botoy Ituku  ELANGI Genève Suisse
M.  Godefroid  ELONGAMA Genève Suisse
M.  Rica  KABAMBA NGOY Belmont-s/Lausanne Suisse
M.  Tshiunza  KABEYA Genève Suisse
M.  François  KAMBA Genève Suisse
M.  Jean-Paul Gauthier  KUELO MWELA Genève Suisse
M.  Philippe  LIONDJO Genève Suisse
M.  Guy Olivier  MAMBAMBU Genève Suisse
M.  Félix  MBAYI-KALOMBO Jr Genève Suisse
Mme  Eveline  MILOLO Genève Suisse
M.  Jean Derrick  MOSSI KOMBE Bienne Suisse
M.  Martin Mwamba MUKENDI Annemasse France
Mme  Rita  NDUBISI Annemasse France
M.  Timothée  NGOY-TITA Genève Suisse
M.  Didier Makamona  NSASA Genève Suisse
M.  Nickédo Nkiawete  TOUZEYEWO Cugy Suisse
Mme  Marie-Thérèse Kalala TSHIKUDI Annemasse France
Mme  Fifi  TSHIMINI Genève Suisse
M.  Justin  TSHISWA BANTOU Genève Suisse 
 
 « Ceux qui rêvent de jour ont conscience de bien des choses qui échappent à ceux qui rêvent seulement de nuit ! » POE (Edgar Allan)

Pour des Etats généraux de la diaspora congo

29. Janv., 2014

Appel à la Convention des Congolais de Suisse

2ème Appel à la Convention des Congolais de Suisse

• Attendu que la République démocratique du Congo, RDC en sigle, subit des agressions constantes depuis près de deux décennies de la part de ses voisins, notamment du Rwanda et de l’Ouganda avec menace de balkanisation de ce pays ;

• Considérant que le régime régnant actuellement sur la RDC, tout comme celui qui l’a précédé, ne semble inspiré et préoccupé que par une vision affairiste et opportuniste de la politique au détriment de la sécurité et du bien-être d’un peuple congolais abandonné à lui-même et à l’une des misères les plus abominables de l’histoire sans espoir de meilleurs lendemains ;

• Préoccupés par l’ampleur innommable des viols de masse infligés depuis des lustres à la population et utilisés comme arme de guerre frappant notamment des millions de femmes, de jeunes filles, voire de fillettes et contribuant fortement à la propagation du sida et d'autres MST ;

• Interpellés par l’instabilité politique chronique de la RDC depuis l’indépendance, par un profond déficit de légitimité et par l’incurie inqualifiable dont souffrent les animateurs actuels des institutions de l’Etat ainsi que par la corruption généralisée dans ce pays ;

• Emus par le génocide congolais, qui a déjà fait plus de 8 millions de morts, et scandalisés par le peu de cas qu’en font les médias et la communauté internationale ;

• Alarmés par la marginalisation de plusieurs Congolais de souche dans la gestion réelle de la chose publique, par la répression méthodique à l’encontre des patriotes affichant des relents nationalistes ainsi que par l’ostracisme systématique qui frappe paradoxalement la généreuse diaspora malgré son remarquable apport économique à la prospérité du pays;

• Convaincus qu’unis et tissant des alliances conjoncturelles appropriées, les filles et fils du Congo résidant à l’étranger sont capables de constituer une vraie alternative à l’actuelle défaillante classe politique congolaise et de relever les défis de sortir la RDC de l’ornière où elle s’enfonce et s’enlise inexorablement ;

• Persuadés que l’apport de la diaspora à l’évolution du pays ne peut se limiter aux transferts financiers, ni à l’envoi d’engins divers ; mais qu’il doit s’étendre à son implication dans des actions de développement ainsi qu’à la diffusion de valeurs et d’idées positives telles que la citoyenneté et la démocratie ;

• Tenant compte de l’éveil politique de la diaspora congolaise et de sa proximité avec les institutions internationales qui assurent une tutelle de fait sur la RDC ;

• Souscrivant au principe de l’« union fait la force » et recherchant la force de la cohésion nationale que toutes les forces vives de la Nation congolaise, inquiètes de la situation actuelle de la RDC, appellent de tous leurs vœux ;

• Décidés à faire l’inventaire de tout ce que la diaspora a pu faire jusqu’à présent et de tout ce qu’elle peut encore mieux faire pour participer un tant soit peu et de toutes ses forces à l’émergence d’une société congolaise nouvelle fondée sur l’égalité et la justice ainsi qu’au jaillissement d’un nouveau leadership politique en RDC ;

• Reconnaissant l’opportunité et le bien-fondé des différents appels à la cohésion de toutes les forces vives de la nation congolaise lancés à maintes reprises ou souhaités par la majorité des congolais terrifiés par l’actuelle conjoncture politique de la RDC ;

• Mus par un profond sentiment d’appartenance à une même communauté de destin et par un puissant élan patriotique, Nous, Congolais, Suisses, Français, Allemands, Belges, Italiens, Hollandais, Américains et autres d’origine congolaise, agissant à titre individuel ou au nom de nos associations respectives au sein d’une Assemblée Constituante mise en place ce jour, lançons un vibrant Appel à la tenue de la première Convention de tous les Congolais et sympathisants du Congo résidant Suisse.

La Convention des Congolais de Suisse n’est pas un congrès d’un parti politique, ni d’une quelconque autre association. Relevant d’une initiative citoyenne, patriotique et combattante, la Convention des Congolais de Suisse vise à ressouder la communauté congolaise de l’étranger et à réunir, sous forme de débat contradictoire en Etats généraux, toute la diaspora congolaise à travers le monde. Ainsi, cette Convention se veut-elle un vaste forum destiné à recenser toutes les structures congolaises agissantes au sein de la diaspora congolaise en vue de les reconnaître, de les mettre en évidence et de mettre en exergue aussi bien les ambitions que les actions respectives de chacune pour favoriser et soutenir de nouvelles synergies.

Etape transitoire vers les Etats généraux de toute la diaspora, la Convention des Congolais de Suisse devra se soucier d’amorcer, d’ores et déjà, un bilan sans complaisance de toutes les réalisations à mettre effectivement à l’actif des Congolais de l’étranger. Certes, cela passe par le recensement avec fierté de ces chers succès ici et là récoltés ; mais cela implique de dénombrer également d’éventuelles erreurs commises et, surtout, d’inventorier toutes ces potentialités qui s’offrent aujourd’hui à une diaspora organisée et que celle-ci peut mettre à profit avec l’ambition de nouvelles perspectives en visant d’autres résultats plus percutants.

Etape inaugurale de la grande marche vers les premiers Etats généraux de toute la diaspora, la Convention des Congolais de Suisse est conçue pour s’étendre sur deux jours et pour débattre sans tabou autour des thèmes brûlants de l’actualité congolaise dont, entre autres :
- Le respect de la Constitution et la légitimité des animateurs des institutions.
- La part de responsabilité du peuple et de l’Etat congolais dans la situation catastrophique du pays.
- Les attitudes et stratégies à adopter face aux ingérences extérieures.
- Le poids et impact économiques de la diaspora sur le fonctionnement de la RDC.
- Les leçons que la diaspora congolaise peut tirer des exemples des autres diasporas organisées autour de la construction et de l’évolution de leurs pays respectifs.
- Les voies et moyens d’assurer l’unité et la cohésion au sein de la diaspora congolaise.
- Les stratégies d’émergence d’un lobby capable de tisser des liens avec les partenaires du Congo et d’influencer l’évolution politique du Congo.
- La contribution de la diaspora congolaise à l’émergence d’un nouveau leadership politique au Congo.
- La légitimité et la représentativité de la diaspora à des assises sur le Congo.
- Le suivi des actes patriotiques posés et la solidarité en cas de conséquence.
- Les opportunités d’investissement ou de partenariats utiles à la prospérité du pays.
- Les pistes en vue du renforcement du sentiment national et de la conscience patriotique par le triomphe d’une citoyenneté responsable et agissante face aux ravages du tribalisme et aux velléités séparatistes toujours réelles.

Pourquoi des États généraux de la diaspora ? Pourquoi une Convention des Congolais de Suisse ? Pour que le peuple congolais se réapproprie son destin et que des millions de Congolaises, harcelés depuis des décennies par des guerres impérialistes, retrouvent enfin leurs foyers et une vie normale. En effet, depuis mai 1996, d’abord sous l’étiquette des Banyamulenge de la région d’Uvira, aujourd’hui sous celle du M23 et demain sous telle autre, en passant par celles de l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération (AFDL) de Laurent-Désiré Kabila, du Rassemblement Congolais pour la Démocratie (RCD) d’Azarias Ruberwa ou du Congrès National pour la Défense du Peuple (CNDP) de Laurent Nkunda, Paul Kagame et Yoweri Museveni n’ont cessé de trouver des subterfuges et de fallacieux prétextes en termes de « libération » politique, de reconnaissance de nationalité ou de quête de démocratie pour faire couler à flots le sang congolais autant des civils que des militaires, des femmes que des hommes, des jeunes que des adultes afin de s’approprier les richesses du Congo et d’annexer des morceaux de son territoire. Attirés par le pouvoir politique ou séduits par l’accès facile aux richesses matérielles, certains Congolais se sont laissés et se laissent allègrement recruter pour servir de sujets agissants de cette mise en branle et en dépendance de leur pays.

Par contre, porté essentiellement par de nouvelles générations, il existe aujourd’hui au sein de la diaspora congolaise un puissant élan de réveil patriotique que des Conventions bien organisées dans des pays d’immigration congolaise et leur corrélat, les États généraux de toute la diaspora congolaise à travers le monde, peuvent contribuer à consolider et à orienter vers une alternative à l’incurie et aux trahisons de la classe politique actuellement régnante sur la RDC. Car, pour des raisons d'honneur, de bon sens et par peur de la balkanisation du Congo, c’est dans la diaspora que beaucoup de Congolais n'acceptent plus ni la collaboration, ni la capitulation, ni la servitude que Kagame, Museveni et leurs commanditaires occidentaux imposent désormais ouvertement au peuple congolais. Consciente que la communauté internationale reste un machin hétéroclite et complexe, qui sème à tout vent, la diaspora congolaise, patriotiquement réveillée et mobilisée se propose de faire émerger, à l’échelle internationale, un nouveau leadership congolais. En tant que lobby transnational visible, audible et déterminé, celui-ci peut conclure des alliances stratégiques tant avec les multinationales opérant au Congo qu’avec les pays qui les couvrent en leur démontrant la pertinence d’un État congolais pacifié et stable pour leur garantir un accès aisé, harmonieux et durable aux richesses du pays et sauver corrélativement sa population d’incessants cycles de viols et de massacres anachroniques, générateurs d’une situation continûment explosive et économiquement douteuse.

En plus des spoliations économiques et de l’extrême délabrement du tissu social congolais, l’invasion et la colonisation rwando-ougandaises, à peine déguisées du Congo, ont entraîné un rabaissement général de la valeur accordée à la vie et le développement de formes extrêmes de violence. Par peur ou par opportunisme, la voie démocratique d’accession au pouvoir politique et les astuces endogènes d’accumulation de richesses ont été abandonnées au profit des stratégies d’extraversion, de « collaboration » avec l’ennemi ou d’alliance structurelle avec l’occupant. Certes, dans la situation actuelle d’occupation avérée du Congo, d’infiltration et de noyautage de toutes les institutions du pays jusqu’au sommet de l’Etat, le triomphe impérialiste de Kagame et de Museveni sur le peuple congolais est palpable et immense ; il peut donc démoraliser et paralyser. Mais le bon sens, le sens de l'honneur, l'amour de la patrie, la répulsion de la barbarie et l’horreur d’une servitude pérenne, qui se profile à l’horizon, commandent à tous les Congolais, encore épris d’un peu de fierté, de poursuivre le combat là où ils sont et comme ils le peuvent.

Voilà pourquoi la diaspora congolaise doit se ressaisir et se rassembler de manière volontariste autour d’une table et provoquer ce grand débat contradictoire à même de faire émerger plus de discernement pour mieux comprendre l’actuelle situation politique atroce que traverse le Congo, pour conjurer de viles luttes intestines, pour bannir des accusations gratuites, pour s’opposer à des anathèmes arbitraires et combattre des diabolisations non fondées qui n’ont de cesse que de diviser les Congolais, de briser la cohésion nationale et d’affaiblir notre noble te indispensable front de résistance patriotique. Si, à la lumière de ce qui précède, il est fondamental que les Congolais conscientisés et patriotiquement mobilisés se regroupent rapidement partout où cela se peut en front de résistance aussi grand et aussi passionnément résolu que possible, Nous déclarons la Convention des Congolais de Suisse, en tant que rampe de lancement de la grande marche vers les premiers Etats généraux de toute la diaspora, comme une urgence nationale et appelons de tous nos vœux son impérieuse et effective organisation.

Vive la Diaspora congolaise structurée, patriotiquement et passionnément mobilisée !

Que Dieu bénisse la République Démocratique du Congo !


Fait à Genève, le 9 novembre 2013

Pour le Comité organisateur de la Convention des Congolais de Suisse,
Prénom Nom Fonction
M. Philippe Spider LIONDJO Coordinateur
M. Botoy Ituku ELANGI 1er Adjoint
Mme Marie-Thérèse TSHIKUDI KALALA 2ème 1er Adjointe

M. Jean-Paul Gauthier Mwela KUELO Secrétaire

M. Fifi TSHIMINI Trésorière

M. Justin TSHISWA BANTOU Chargé / Mobilisation
M. Félix MBAYI-KALOMBO Jr. Chargé / Mobilisation
Mme Rita NDUBISI Chargé / Mobilisation

M. Godefroid ELONGAMA Chargé / Communication

M. François KAMBA Commission scientifique

Pour l’Assemblée Constituante en vue de la Convention des Congolais de Suisse,
Prénom Nom Ville Pays
M. Lwakale Mubengay BAFWA Genève Suisse
M. Pascal wa Mukumadi BILENGA Neuchâtel Suisse
M. Botoy Ituku ELANGI Genève Suisse
M. Godefroid ELONGAMA Genève Suisse
M. Rica KABAMBA NGOY Belmont-s/Lausanne Suisse
M. Tshiunza KABEYA Genève Suisse
M. François KAMBA Genève Suisse
M. Jean-Paul Gauthier KUELO MWELA Genève Suisse
M. Philippe LIONDJO Genève Suisse
M. Guy Olivier MAMBAMBU Genève Suisse
M. Félix MBAYI-KALOMBO Jr Genève Suisse
Mme Eveline MILOLO Genève Suisse
M. Jean Derrick MOSSI KOMBE Bienne Suisse
M. Martin Mwamba MUKENDI Annemasse France
Mme Rita NDUBISI Annemasse France
M. Timothée NGOY-TITA Genève Suisse
M. Didier Makamona NSASA Genève Suisse
M. Nickédo Nkiawete TOUZEYEWO Cugy Suisse
Mme Marie-Thérèse Kalala TSHIKUDI Annemasse France
Mme Fifi TSHIMINI Genève Suisse
M. Justin TSHISWA BANTOU Genève Suisse


Sympathisants, nouvelles adhésions etc…
Prénom Nom Ville Pays























 « Ceux qui rêvent de jour ont conscience de bien des choses qui échappent à ceux qui rêvent seulement de nuit ! » POE (Edgar Allan)

29. Janv., 2014

Génocide des Congolais toujours en cours depuis octobre 1996

Massacre sciemment orchestré le 30 décembre 2014